positive education
news  /   / 

Positive Education Festival entre dans la cour des grands

Malgré les turbulences et les vents contraires, Positive Education Festival revient une 4ème année consécutive pour mettre Saint-Etienne à feu et à sang. La ville du Forez sera le théâtre d’une nouvelle guerre des kicks entre les piliers de la scène comme Laurent Garnier ou Marcel Dettmann, les habitués comme Vladimir Ivkovic ou encore la nouvelle garde locale représentée par Vincent Glandier.

Crédit photo : Malo Lacroix

Fidèle à la flamme qui l’habite depuis sa première édition, le festival stéphanois nous propose une line up toujours plus exigeante et osée. La diversité des noms et des styles proposés montre que la programmation est le résultat d’un vrai travail de passionnés de la musique électronique, de fins connaisseurs comme de fous amoureux.

Le festival revendique tout d’abord son côté familial puisqu’une part belle est faite aux habitués des nuits stéphanoises. Il y a bien sûr Vladimir Ivkovic, fier représentant de la scène de Düsseldorf, amoureux des sets riches et variés et surtout véritable “chouchou” du festival. Un artiste à la sélection infinie et à l’imagination débordante.  On notera la présence aussi de l’éternel Manu Le Malin. Il y a aussi le turbulent duo, Les Fils de Jacob, véritables « âmes-gardiennes du festival ».

Crédit photo : Malo Lacroix

Ensuite, les programmateurs sont venus saupoudrés cette base sûre et avertie, d’une fine couche de têtes d’affiche.

On compte ainsi les vétérans Laurent Garnier et Marcel Dettmann, assurément deux grands pontes de la musique électronique, l’un française et l’autre allemande. Viennent ensuite les têtes d’affiche moins généralistes et plus pointues comme l’Allemande Paula Temple, déjà connue des lieux pour avoir fait frissonner tout le bitume de la ville en 2014, ou bien les américains Dopplereffekt et leur live futuriste. Si leur nom peut vous sembler familier, c’est parce qu’ils prêchent la bonne parole depuis 1995. Ils ont construit un monde musical fidèle à celui qu’ils ont connu, celui de Detroit, à savoir un imaginaire de science-fiction entre fantôme du passé industriel glorieux de la ville et voyage halluciné et métallique.

A cela s’ajoute quelques noms moins ronflants mais tout aussi pointus et ambitieux. On note notamment la présence de l’énigmatique russe Gesloten Cirkel qui se produit que très rarement et délivrera la version live de son énigmatique projet. On apprécie aussi la venue du vétéran Patrick Russel, dit le charmeur de serpent. Sa techno psychédélique et hypnotique avait fait des ravages au festival Labyrinth au Japon.

La protégée de Vladimir Ivkovic, également résidente au Salon des 
Amateurs de Düsseldorf viendra partager son énergie 
pendant la Nuit 1 du festival

Enfin, la dernière catégorie est celle des découvertes. Cette catégorie est la marque de fabrique du festival et probablement l’une des raisons de son succès et de sa renommée rapides. On ne peut que vous conseiller d’aller en prendre plein les yeux et les oreilles devant le projet expérimental de The Empire Line, trio formé de Varg notamment, et oscillant entre la techno et le film d’épouvante. On vous conseille enfin d’aller découvrir Volvox, jeune pousse sur la scène new-yorkaise mais déjà plébiscitée partout pour son goût très prononcé pour les lignes de basse acide et autres frivolités électroniques brutales.

Une quatrième bougie donc pour une quatrième édition fidèle aux valeurs qui ont fait du Positive Education Festival, une joyeuse réunion d’artistes et de publics tout aussi passionnés les uns que les autres. Les stéphanois nous montrent à nouveau les ingrédients pour une fête réussie, à savoir une programmation ambitieuse avec des projets rares, originaux et pointus, une line up variée puisqu’on y trouve des têtes d’affiche comme des artistes locaux, de la techno comme de l’ambient, un lieu emblématique et au charme indéniable et enfin un public qui répond présent, année après année.

Assurément un festival en devenir qui apparait comme une vraie alternative aux festivals plus classiques de l’été. Décidément il fait bon être à Saint-Etienne en novembre!


Léo Paget-Blanc

Rédacteur Make x France
voir ses articles
+news
metropolis
News  /   /  Ghislain Varlet

Rachetez Lyon avec ce Monopoly grandeur nature !

Un reality-game événement débarque à Lyon en janvier. 1000 chanceux vont pouvoir s’inscrire pour participer à ce jeu qui se situe à mi-chemin entre Pokemon GO! et le Monopoly. Alors, sur quel bâtiment allez-vous vous précipiter ? Ce jeu s’appelle Metropolis : un jeu de société grandeur nature qui se joue uniquement sur smartphone. Achetez […]

News  /   /  Jennifer Pariente

4:3 – Le porte parole de la culture underground

« Le Netflix de l’Underground » – Lancé en mai, le nouveau site de Boiler Room est un concentré de contenu vidéo en accès libre qui parlent aux esprits curieux de la culture underground. Il s’agit pour Boiler Room d’étendre son empreinte sur les mouvements culturels contemporains au delà du thème du club avec des contenus d’auteurs, […]

métro b
News  /   /  Emma Roesslinger

Mais jusqu’où ira le métro B !

En 2010 déjà, le SYTRAL étudiait la faisabilité du prolongement du métro B jusqu’à Saint-Genis-Laval. Ce sera chose faite en juin 2023, après (un peu) de travaux dont le SYTRAL publiait la présentation en juillet dernier. Zoom sur les perspectives à venir. La ville de Lyon compte 4 lignes fortes de métro sur un réseau […]

chrd
News  /   /  Ghislain Varlet

Une exposition revient sur le quotidien des jeunes pendant la guerre

À partir du 15 novembre, le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation (CHRD) accueille une exposition qui se concentre sur la vie des jeunes pendant la seconde guerre mondiale. Une exposition nommée « Génération 40 ».  Les travaux de recherche ont débuté en 2017 et le centre s’est mis en quête de tous les […]

SUIVEZ-NOUS