kamaal williams
news  /   / 

Kamaal Williams : la double casquette lui va si bien !

Londres, et plus largement l’Angleterre, n’a jamais été une terre très fertile pour le Jazz. Un homme, qu’on a déjà pu voir quelques fois à Lyon, notamment en closing des Nuits Sonores 2018, avec MCDE, fait figure de résistance et parvient à imposer son style sur la scène anglaise en mêlant des sonorités hip-hop, électroniques, garage ou grime au jazz. Kamaal Williams aka Henry Wu vient distiller son art au Sucre, ce week-end. 


En mai dernier, cet artiste dont le talent n’est plus un secret dévoilait « The Return » et ajoutait une grande pierre à l’édifice de la réputation du Jazz anglais. L’album a été largement salué par la critique et parfois considéré comme l’un des meilleurs album de Jazz de l’année.

L’album se nourrit des influences et de l’intense vie de Kamaal. Né dans un quartier où « l’on envoie tout ceux qui n’ont pas les moyens d’aller ailleurs. », selon ses mots, qu’il a vu grandir et se développer avec son multi-culturalisme prononcé, il a vu de nouveaux genres de musiques s’implanter au fil du temps, comme le grime, le UK Garage, le reggae, le rock.

Sa créativité s’en est vue décuplée et, entre petits boulots de livreur, il développe son talent : pianiste d’abord, puis DJ. Et c’est sa deuxième force.

Car Kamaal Williams est aussi Henry Wu, sa casquette DJ lui permet de comprendre comment les dancefloors fonctionnent et il adapte désormais son style de live à un style de DJ : savoir jongler avec les morceaux, faire monter la tension puis la faire redescendre.

Samedi, préparez-vous à une déferlante de groove. Pablo Valentino, avec ses Children of the Drum, continue de nous faire rêver et fédérer un public toujours plus avide de découvertes musicales. Il accompagnera Kamaal, enfin Henry Wu, en deuxième partie de soirée pour enchaîner les pépites.

Bref, une première partie de soirée avec un live-band à tomber puis une deuxième avec deux dj sets qui vous aideront à vous relever : sacré programme non ?

Petite anecdote : son label s’appelle « Black Focus Records » car, à l’époque où il l’a créé, la Ford Focus était l’une des voitures les plus vendues et les plus présente dans les rues de son quartier. Tout le monde en avait une, lui y compris. La sienne était particulière, il s’en servait de bureau et y donnait des rendez-vous ! Alors quand il a sorti son label, le nom était trouvé, « black Focus », en référence à son auto qui l’a vu grandir.

kamaal williams

 


Ghislain Varlet

voir ses articles
+news
metropolis
News  /   /  Ghislain Varlet

Rachetez Lyon avec ce Monopoly grandeur nature !

Un reality-game événement débarque à Lyon en janvier. 1000 chanceux vont pouvoir s’inscrire pour participer à ce jeu qui se situe à mi-chemin entre Pokemon GO! et le Monopoly. Alors, sur quel bâtiment allez-vous vous précipiter ? Ce jeu s’appelle Metropolis : un jeu de société grandeur nature qui se joue uniquement sur smartphone. Achetez […]

News  /   /  Jennifer Pariente

4:3 – Le porte parole de la culture underground

« Le Netflix de l’Underground » – Lancé en mai, le nouveau site de Boiler Room est un concentré de contenu vidéo en accès libre qui parlent aux esprits curieux de la culture underground. Il s’agit pour Boiler Room d’étendre son empreinte sur les mouvements culturels contemporains au delà du thème du club avec des contenus d’auteurs, […]

métro b
News  /   /  Emma Roesslinger

Mais jusqu’où ira le métro B !

En 2010 déjà, le SYTRAL étudiait la faisabilité du prolongement du métro B jusqu’à Saint-Genis-Laval. Ce sera chose faite en juin 2023, après (un peu) de travaux dont le SYTRAL publiait la présentation en juillet dernier. Zoom sur les perspectives à venir. La ville de Lyon compte 4 lignes fortes de métro sur un réseau […]

chrd
News  /   /  Ghislain Varlet

Une exposition revient sur le quotidien des jeunes pendant la guerre

À partir du 15 novembre, le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation (CHRD) accueille une exposition qui se concentre sur la vie des jeunes pendant la seconde guerre mondiale. Une exposition nommée « Génération 40 ».  Les travaux de recherche ont débuté en 2017 et le centre s’est mis en quête de tous les […]

SUIVEZ-NOUS