news  /   / 

Immersion avec Julio Bashmore

Il y a une pointe d’innocence dans l’histoire de Julio Bashmore. Symptomatique de n’importe quelle voie empruntée par un producteur dit « de chambre » (bedroom producer), cet originaire de Bristol a graduellement tracé sa route jusqu’à devenir une référence sur la nouvelle scène house anglaise. « Battle For Middle You », « Au Seve »… des titres musicaux qui résonnent familièrement dans nos oreilles et révèlent l’engouement incroyable autour de cette production énigmatique à la croisée entre underground et mainstream. Avant de découvrir sa performance en live au Petit Salon le 26 novembre prochain, voici un récapitulatif non-exhaustif de son parcours musical. 


julio-bashmore


Mathew Walker grandit à Bristol, une région synonymique de « bass music » dont il ne perçoit pas la saveur au premier abord. Avant d’avoir l’âge de fréquenter les clubs, ce garçon réservé affine ses fondations musicales aux influences pop-rock par son père pour Michael Jackson ou The Doobie Brothers ; son grand frère l’initie lui plus tardivement aux cassettes hip-hop d’Ice Cube et N.W.A puis aux albums de The Prodigy ou The Chemical Brothers. Il l’utilise à profit en devenant guitariste pendant un temps dans un groupe de synth-pop, cultivant toutefois secrètement un amour inconditionnel pour la house après l’écoute passionnée de l’album « Homework » des Daft Punk et l’arrivée des premières platines au sein de la maison familiale.

À 14 ans, il troque ses instruments contre un vieux PC cabossé et installe le logiciel Reason grâce auxquels il commence à construire la pierre angulaire de sa carrière. La découverte des clubs de Bristol révèle en lui un coup de coeur pour la performance de DJ, poussé par le sentiment avant-coureur que cette forme de musique sera le véhicule à employer pour délivrer au mieux sa musique.



Ses trouvailles en termes de vinyles et ses premières compositions mêlent alors subtilement house de Chicago et french touch, inspiré par l’euphorie autour de l’émergence accrue de ces genres à la fin des années 90. Il ne succombe pas à la vague jungle de sa terre natale, au « kingdom » de la dubstep, préférant créer sa propre signature sonore dans une approche moderniste de la house music traditionnelle centrée sur les subs et les mélodies accrocheuses.

Mais Bashmore tire tout de même de sa fascination pour Bristol une influence certaine pour les basses fréquences puisqu’après six mois de production intense (qu’il s’amuse à appeler « the magic six months »), il signe en 2009 un EP éponyme aux sonorités de bass music sur le label de San Francisco, Dirtybird, géré par Claude VonStroke.



À partir de 2011, c’est l’effervescence : « Battle for Middle You » sort sur le label de Disclosure et Jessie WarePMR Records, devenant un véritable hymne qui le catapulte sur le devant de la scène house jusqu’à être sacré par Mixmag comme le « single de l’année ». Pris dans un étau entre sorties bass music, UK garage, future beats, sonorités disco, deep house et french touch, Bashmore use de la force de cet éclectisme pour se lancer dans la création de son label Broadwalk Records sur lequel il signe son tube « Au Seve » (2012). Un track d’apparence simple dans sa structure et sa tonalité, gargantuesquement dévastateur dans ses vocales et ses drops. Le label lui permet de contrôler les choses, de créer son propre contexte sonore, comme si cette première sortie voulait dire « c’est mon chemin, c’est mon son ».



La dernière étape de cette ascension fulgurante réside dans la sortie de son premier album, Knockin Boots’ (2015), qui regroupe toutes les sorties et collaborations que Bashmore a emmagasiné depuis plus de trois ans, notamment à travers ses featurings avec J’Danna (‘Rhythm of Auld’, ‘Simple Love’, ‘You & Me’), Sam Dew de Disclosure (‘Holding On’), Seven Davis Jr (‘For Your Love’) et Bixby (‘Let Me Be Your Weakness’, ‘Kong’). Douze tracks punchy aux sonorités disco-house contrebalancés par des basses profondes et maîtrisées qui cavalent sur toute la durée de l’album. Une house primitive, sans filtre, témoin de sa période pre-Daft Punk remise au goût du jour dans un album un peu anachronique. Julio Bashmore possède inévitablement l’habilité à déstabiliser son public, maintenant une position assez confuse entre house underground et pop qu’il assume complètement et qui le fait rire. Créer de la diversité, ne pas fermer les barrières aux collaborations qui l’ont propulsé sur le devant de la scène, deux « mottos » qui l’ont rapidement établi comme un des artistes phares de la scène house bourgeonnante.


London 2014, Julio Bashmore, DJ, producer Shot for Mixmag. Not for use outside Mixmag


À ses côtés, les frangins WT-Funk et Peed assureront ensemble le warm-up, suivi de la house punchy de Klaar. Autre salle, autre ambiance avec les sélections pointues des lyonnais G2S et Kaffe Crème. Vous reprendrez bien un peu de house ? N’oubliez pas vos préventes !

Photographie à la une  : The Manc Photographer


Jade

Rédactrice
voir ses articles
+news
bonheur bonheur
News  /   /  Cynthia Torosjan

Bonheur Bonheur aux Puces de Villeurbanne : un nom qui annonce la couleur

La Salopette, collectif qui organise depuis 3 ans des événements qui mettent en avant les acteurs culturels locaux sur le territoire de Lyon, lance ce weekend son nouveau concept, Bonheur Bonheur,  aux Puces du Canal de Villeurbanne. Le collectif investit les Puces ce samedi 23 septembre de 11h à 23h pour un open air sous forme […]

News  /   /  Clémence Burette

Make x Lyon se lance à l’assaut de Paris

Après 4 années passées à œuvrer au sein de la communauté culturelle lyonnaise, Make x Lyon se développe à Paris et réunit son webzine sous le nom de www.makexfrance.com. Fort de l’engouement connu à Lyon, nous développons le projet Make x Paris afin de proposer à notre communauté ainsi qu’aux Parisiens, un nouveau moyen de […]

News  /   /  Clarisse Teyssandier

URBAN ART JUNGLE #3 : LA SCENE URBAINE A L’HONNEUR CETTE RENTREE

C’est déjà la rentrée et tu cherches un événement pour te mettre en jambe pour cette nouvelle saison culturelle qui s’annonce chargée ? La troisième édition de l’Urban Art Jungle Festival est faite pour toi ! L’équipe de Superposition et ses artistes viennent investir Le Croiseur, un lieu culturel dédié à l’émergence artistique, pendant trois jours et […]

News  /   /  Alice

LYON STREET FOOD FESTIVAL #2 : PRÊT À PIMENTER LA RENTRÉE

Pour sa seconde édition, une chose est sûre : le Festival Lyon Street Food a mis les bouchées doubles. En effet, après une première édition accueilli avec succès, les équipes du LSFF et Food Trucks Gourmets réinvestissent les Subsistances. Une immersion de trois jours mêlant gastronomie, cuisine urbaine, activités et concerts. De quoi rassasier tout le […]

SUIVEZ-NOUS