Paula Temple
chroniques  /   / 

Paula Temple : artiste engagée et engageante

Difficile d’être passé à côté d’elle si vous suivez de près la scène techno actuelle, tant son retour au premier plan depuis quelques années fut fracassant. Connue pour sa musique d’une puissance et d’une intensité inouïe, Paula Temple se distingue également par son parcours singulier, sa démarche engagée et une approche unique. Retour sur une artiste qui fait beaucoup de bruit.

Photo à la une : Laurie Diaz ©

Paula Temple n’est pas née de la dernière pluie, en l’occurrence celle du nord de l’Angleterre et plus précisément de son Lancashire natal. La britannique connaît l’industrie depuis une vingtaine d’années désormais, et a connu une trajectoire quelque peu atypique.

Paula Temple

Photo : Alexa Vachon ©

Des débuts prometteurs

Celle qui excelle dans l’art de créer des atmosphères lourdes et pesantes était en réalité sourde jusqu’à l’âge de 5 ans : la vie sait parfois se montrer terriblement ironique. Une fois l’audition retrouvée, elle se passionne immédiatement pour la musique, et c’est par le biais de la pop ou d’artistes comme Kraftwerk qu’elle découvre la musique électronique. Trop jeune lorsque la scène rave des années 1990 explose au Royaume-Uni, elle patiente jusqu’à ses 16 ans et fait l’acquisition d’un synthétiseur et d’une boîte à rythmes. Travaillant en parallèle dans un disquaire, elle expérimente sur ses machines et voit son obsession progressivement prendre le pas, jusqu’à envisager plus sérieusement la chose à l’âge de 20 ans. La jeune Paula se fait remarquer, et sort son premier EP The Speck Of The Future en 2002.

 

 

Technologie et performances hybrides

Pionnière en matière de technologie, elle codéveloppe le contrôleur MIDI MXF8 – l’un des tous premiers du genre – qui permet notamment de mixer simultanément avec 8 platines. Elle l’expérimente entre 2003 et 2005 lors de ses sets hybrides, brouillant les frontières entre live et DJing. Sa technique est en effet plutôt expérimentale : Paula Temple prépare certains de ses edits en amont, privilégie les courts extraits aux pistes entières et superpose plusieurs morceaux simultanément, pour un rendu rythmé et unique.

Elle se définit par ailleurs elle-même comme une noisician.

 

 

Paula Temple

Photo : Tania Gualeni ©

 

Retraite prématurée et renaissance berlinoise

Au milieu des années 2000, lassée d’une techno qui tourne en rond et s’éloigne de son essence initiale selon elle, Paula met un terme à sa carrière de DJ et se consacre à l’enseignement de la technologie dans la musique. Elle devient notamment formatrice certifiée Ableton (logiciel de création musicale) et sensibilise des jeunes en difficulté. Mais suite à une mésaventure personnelle, Paula ressent une envie irrépressible d’exprimer sa créativité et sa colère à travers la musique. Elle déménage à Berlin et y trouve un environnement davantage collaboratif que compétitif. Après un break de 7 ans, c’est une renaissance pour l’artiste qui signe le tonitruant EP Colonized sur le label R&S en 2013, suivi de Deathvox l’année suivante.

 

 

 

Une artiste engagée

Elle lance également son label Noise Manifesto, fondé sur des principes forts comme la présence d’au moins 50% de femmes ou trans sur les projets de l’entité et la volonté de favoriser la collaboration entre les artistes. Déplorant le manque de visibilité des femmes dans l’industrie de la musique et les normes hiérarchiques inégalitaires encore très présentes aujourd’hui, elle avait proposé un line-up composé quasi-exclusivement de femmes lors du Day 4 des dernières Nuits Sonores. On retrouve cet engagement dans sa techno puissante et sans compromis. Pour elle, “la techno doit vous frapper physiquement et mentalement”.

Paula Temple sera à Lyon ce dimanche 2 décembre pour une Sunset Society qui devrait faire trembler le rooftop du Sucre.

 

 


Aloïs VETEAU

Rédacteur Make x France
voir ses articles
+chroniques
Chroniques  /   /  Louis Dufourt

Burger Eyes : les yeux dans la nuit !

Derrière un nom à l’américaine se cache un studio créatif lyonnais, spécialisé dans la production de vidéos. Un ADN culturel et artistique, un regard sur le monde de la nuit et une volonté farouche de marquer les esprits, que l’on retrouve notamment dans les récents teasers des soirées Welcome. Rencontre. Il était une fois quatre […]

Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Le groupe Bagarre nous envoie en Kabylifornie avec son nouveau clip !

Les 5 fous dingues de Bagarre reviennent avec un morceau bien déglingué comme on les aime. « Kabylifornie » arrive pour mélanger électro, rap et violons orientaux pour notre plus grand plaisir. A peine un an après la sortie de « Club 12345 », les cinq bagarreurs reviennent pour mettre un gros uppercut à la musique française. Vous n’êtes […]

lyon stade de gerland
Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Autant en emporte Gerland : Ôde au stade mythique de Lyon !

Le Stade de Gerland… N’importe quel lyonnais ayant déjà vu un match de foot ou autre événement aura la larme à l’œil quand il se remémorera ses souvenirs au sein de cet édifice. On a beau tous aimer Mimi Aulas et l’OL, il faut bien avouer que c’est pénible de devoir prendre 3 bus, 7 […]

kerri chandler
Chroniques  /   /  Aloïs Veteau

Kerri Chandler : à travers les générations

Après avoir électrisé les foules lors de son passage à Nuits Sonores l’an dernier aux côtés de Jeremy Underground, Kerri Chandler fait son grand retour en terre lyonnaise à l’occasion de la prochaine et dernière soirée Welcome de la saison, au Petit Salon. On revient avec vous sur le parcours d’un artiste qui s’est hissé […]

SUIVEZ-NOUS