Paula Temple
chroniques  /   / 

Paula Temple : artiste engagée et engageante

Difficile d’être passé à côté d’elle si vous suivez de près la scène techno actuelle, tant son retour au premier plan depuis quelques années fut fracassant. Connue pour sa musique d’une puissance et d’une intensité inouïe, Paula Temple se distingue également par son parcours singulier, sa démarche engagée et une approche unique. Retour sur une artiste qui fait beaucoup de bruit.

Photo à la une : Laurie Diaz ©

Paula Temple n’est pas née de la dernière pluie, en l’occurrence celle du nord de l’Angleterre et plus précisément de son Lancashire natal. La britannique connaît l’industrie depuis une vingtaine d’années désormais, et a connu une trajectoire quelque peu atypique.

Paula Temple

Photo : Alexa Vachon ©

Des débuts prometteurs

Celle qui excelle dans l’art de créer des atmosphères lourdes et pesantes était en réalité sourde jusqu’à l’âge de 5 ans : la vie sait parfois se montrer terriblement ironique. Une fois l’audition retrouvée, elle se passionne immédiatement pour la musique, et c’est par le biais de la pop ou d’artistes comme Kraftwerk qu’elle découvre la musique électronique. Trop jeune lorsque la scène rave des années 1990 explose au Royaume-Uni, elle patiente jusqu’à ses 16 ans et fait l’acquisition d’un synthétiseur et d’une boîte à rythmes. Travaillant en parallèle dans un disquaire, elle expérimente sur ses machines et voit son obsession progressivement prendre le pas, jusqu’à envisager plus sérieusement la chose à l’âge de 20 ans. La jeune Paula se fait remarquer, et sort son premier EP The Speck Of The Future en 2002.

 

 

Technologie et performances hybrides

Pionnière en matière de technologie, elle codéveloppe le contrôleur MIDI MXF8 – l’un des tous premiers du genre – qui permet notamment de mixer simultanément avec 8 platines. Elle l’expérimente entre 2003 et 2005 lors de ses sets hybrides, brouillant les frontières entre live et DJing. Sa technique est en effet plutôt expérimentale : Paula Temple prépare certains de ses edits en amont, privilégie les courts extraits aux pistes entières et superpose plusieurs morceaux simultanément, pour un rendu rythmé et unique.

Elle se définit par ailleurs elle-même comme une noisician.

 

 

Paula Temple

Photo : Tania Gualeni ©

 

Retraite prématurée et renaissance berlinoise

Au milieu des années 2000, lassée d’une techno qui tourne en rond et s’éloigne de son essence initiale selon elle, Paula met un terme à sa carrière de DJ et se consacre à l’enseignement de la technologie dans la musique. Elle devient notamment formatrice certifiée Ableton (logiciel de création musicale) et sensibilise des jeunes en difficulté. Mais suite à une mésaventure personnelle, Paula ressent une envie irrépressible d’exprimer sa créativité et sa colère à travers la musique. Elle déménage à Berlin et y trouve un environnement davantage collaboratif que compétitif. Après un break de 7 ans, c’est une renaissance pour l’artiste qui signe le tonitruant EP Colonized sur le label R&S en 2013, suivi de Deathvox l’année suivante.

 

 

 

Une artiste engagée

Elle lance également son label Noise Manifesto, fondé sur des principes forts comme la présence d’au moins 50% de femmes ou trans sur les projets de l’entité et la volonté de favoriser la collaboration entre les artistes. Déplorant le manque de visibilité des femmes dans l’industrie de la musique et les normes hiérarchiques inégalitaires encore très présentes aujourd’hui, elle avait proposé un line-up composé quasi-exclusivement de femmes lors du Day 4 des dernières Nuits Sonores. On retrouve cet engagement dans sa techno puissante et sans compromis. Pour elle, “la techno doit vous frapper physiquement et mentalement”.

Paula Temple sera à Lyon ce dimanche 2 décembre pour une Sunset Society qui devrait faire trembler le rooftop du Sucre.

 

 


Aloïs VETEAU

Rédacteur Make x France
voir ses articles
+chroniques
Chroniques  /   /  Ghislain Varlet

Mirage Nord : en croisade pour prêcher la bonne musique !

D’après le dictionnaire, un artiste est « une personne qui se voue à l’expression du beau, pratique l’art ». Alors on aimerait s’excuser auprès de tous les « vrais » artistes, on va vous présenter des protagonistes qui pourraient faire honte à la profession. Quoique.  Il est ici question d’un trio de gones peu recommandable. Amis de longue date, […]

tour métallique fourvière
Chroniques  /   /  Vlad Colovray

La « Tour Eiffel » lyonnaise : une grande histoire !

« Voilà, c’est la tour Eiffel ! » : si vous êtes lyonnais, vous avez forcément déjà fait cette blague nulle aux touristes chinois ou américains – vous savez ceux qui pensent que la France est la capitale de Paris et que tous les français mangent du pain 24h sur 24h avec un béret vissé […]

boudin room
Chroniques  /   /  Ghislain Varlet

Du boudin et des DJs : le concept un peu fou de Boudin Room !

Vous aviez été nombreux à vous demander quelle mouche avait piqué Le Sucre en novembre dernier lorsqu’ils annonçaient une soirée Boudin Room, au visuel très semblable (voire complètement identique) à celui de Boiler Room. Et pourtant, c’est un concept bien ficelé, créé par Simon Bomans dont il est question. On vous explique. Après avoir étudié […]

marche climat lyon
Chroniques  /   /  Juliette Bouchard

Lyon : climat d’engagement pour la planète !

Samedi 8 décembre dernier, entre 7 000 et 10 000 personnes s’unissaient dans une marche en faveur de l’environnement, dans le 7e arrondissement de Lyon. Avec Flixter, un jeune vidéaste lyonnais, nous avons voulu voir ce qu’il s’y passait.  Un climat différent de la manifestation de septembre, celui-ci avait un caractère davantage d’union citoyenne, réunissant […]

SUIVEZ-NOUS