transaméricaine maxime fort
chroniques  /   / 

On vous réchauffe : partez avec ce photographe lyonnais en Amérique du Sud !

Maxime Fort, lyonnais originaire de la Réunion, nous livre son aventure sud-américaine dans des clichés époustouflants. Si sa passion pour la photo s’est développée au fil de ses voyages avec ses parents, ce périple photographique au Pérou et au Chili semble empreint d’un respect sans failles envers l’intégrité culturelle des pays, l’écologie, la faune, la flore et les modes de vie des populations locales… Décollage pour l’Amérique du Sud imminent !

© Image à la une : Maxime Fort Photography

Maxime Fort est mordu de photographie depuis son plus jeune âge. Bien qu’il apprécie tout particulièrement sa casquette de photographe de soirée, étant lui-même adepte du monde de la nuit, cet ingénieur en informatique à ses heures perdues n’aime pas se cantonner à un domaine en particulier. Son statut de photographe freelance lui permet ainsi d’aller là où il veut, quand il le veut. Et sa dernière destination en date était l’Amérique du Sud !

 

lama maxime fort
© Maxime Fort Photography

 

Ce périple au Pérou et au Chili a été organisé par l’association Motoland Aventure, créée par le père de Maxime et dont le but est de promouvoir des voyages en moto dans le monde entier. Le credo de l’association ? Proposer des voyages uniques dans l' »esprit d’aventure et d’authenticité« . Sur place, c’est Pachamama, une agence péruvienne de tourisme alternatif qui s’est occupée des motards. Le programme du voyage de Maxime et de ses compères a été construit dans le cadre d’un tourisme responsable, afin de préserver l’intégrité culturelle et historique des populations locales.

 

motoland avenue maxime fort
© Motoland Aventure - Maxime Fort Photography

 

Arequipa, la « ville blanche » du Pérou

Maxime et son équipe ont d’abord posé leurs valises à Arequipa, la deuxième ville du Pérou, située à plus de 2335m d’altitude dans la Cordillère des Andes. Elle est surnommée la « ville blanche » à cause de la pierre blanche volcanique de ses principaux monuments historiques du centre-ville.

 

arequipa maxime fort
© Arequipa - Maxime Fort Photography

 

Le désert d’Atacama : entre la Vallée de la Lune et les lagunes, le sable

Les motards ont ensuite enfourché leur bécane pour emprunter l' »autoroute panaméricaine« , longue de 25570km pour relier l’Alaska au Chili, l’objectif principal du voyage étant d’accéder au désert d’Atacama, au Chili. La caractéristique majeure de la transaméricaine ? Cette autoroute est complètement désertique.

 

route panaméricaine maxime fort
© La transaméricaine - Maxime Fort Photography

Lorsque le désert d’Atacama fut atteint, la beauté du voyage fut à son paroxysme.

 

désert d'atacama maxime fort
© Le désert d'Atacama - Maxime Fort Photography

 

Maxime a notamment rencontré dans le désert d’Atacama la communauté Lickan Antay, qui vit principalement de sa culture de maïs.

 

lickan antay maxime fort
© La communauté Lickan Antay - Maxime Fort Photography

 

Les motards ont aussi eu la chance d’admirer la Vallée de la Lune, sous ses formes les plus envoûtantes à travers ses monts, ses crêtes, ses cavernes et ses lacs séchés dessinés par le vent et l’eau pendant plusieurs millions d’années.

 

vallée de la lune maxime fort
© Vallée de la Lune - Maxime Fort Photography

 

Une étape indispensable au voyage : la découverte des lagunes. Maxime a pu photographier les flamants roses de la lagune de Chaxa, qui viennent se réchauffer au Chili en fuyant l’hiver glacial du Canada, ainsi que la « laguna Miscanti » et le volcan Cerro Miscanti (4200m d’altitude).

 

flamands roses maxime fort
© Flamants roses de la lagune de Chaxa - Maxime Fort Photography
volcan maxime fort
© Laguna Miscanti et volcan Cerro Miscanti - Maxime Fort Photography

 

En tout, Maxime et ses coéquipiers de route ont dormi 4 jours dans le désert d’Atacama, précisément dans le village-oasis de San Pedro de Atacama. Celui-ci existe depuis bien avant l’époque des incas et constitue aujourd’hui le centre touristique du Nord du Chili.

 

san pedro de atacama maxime fort
© San Pedro de Acatama - Maxime Fort Photography

 

Valparaiso, la ville aux mille couleurs

Bien qu’il ait visité plusieurs endroits fabuleux, Maxime précise qu’une ville l’a particulièrement marqué : celle de Valparaiso. Ce dont il se souvient, c’est de ces maisons déformées aux couleurs chatoyantes, mais aussi des oeuvres de street-art remplissant les murs de la ville comme symboles de revendication sociale et politique.

 

valparaiso maxime fort
© Valparaiso - Maxime Fort Photography
street art maxime fort
© Street-art dans les rues de Valparaiso - Maxime Fort Photography

 

L’île de Pâques, dernière étape d’un périple extraordinaire

Pour finir en beauté leur expédition sud-américaine, Maxime et sa troupe ont découvert l’île de Pâques. Pour le photographe, la brume et les fameuses statuts moaïs donnaient une ambiance mystérieuse à l’île. Selon lui, elle ressemble d’ailleurs à sa Réunion natale par ses paysages volcaniques et son climat chaud et humide.

 

île de paques maxime fort
© L'île de Pâques - Maxime Fort Photography

 

Ce n’est bien entendu qu’un aperçu du merveilleux voyage au Pérou et au Chili de Maxime. Pour continuer le périple et découvrir l’ensemble du travail photographique de Maxime, vous pouvez le suivre sur ses réseaux sociaux : Facebook & Insta.

Il les alimente très régulièrement et ne manque pas de vous faire voyager à travers ses photos. De nouveaux projets sont en cours, ; il doit notamment dévoiler des photos d’anciens voyages (Islande, Népal, Italie, Espagne) donc un seul conseil : restez connectés…

 

cheminée de vapeur maxime fort
© Cheminées de vapeur à 4300m d'altitude - Maxime Fort Photography

Emma Roesslinger

Rédactrice Make x France
voir ses articles
+chroniques
part dieu 2020
Chroniques  /   /  Ghislain Varlet

Part-Dieu : bienvenue dans le futur (#2)

Il y a quelques temps, on vous exposait la globalité du projet Part-Dieu, vous pouvez retrouver l’article juste ici. Maintenant que vous savez que le quartier va être transformé, il est temps de rentrer dans les détails et l’un des éléments phares du quartier, le centre commercial, construit en 1975, va être entièrement revu. Première […]

Chroniques  /   /  Ghislain Varlet

Part-Dieu : bienvenue dans le futur (#1)

Il devenait urgent de repenser un peu la vie de ce quartier qui n’a jamais vraiment trouvé sa place dans le cœur des lyonnais. C’est l’architecte du quartier lui-même, Charles Delfante qui, en 2010, constatait « Il serait temps qu’on commence à démolir la Part-Dieu ». Déjà peu accessible en temps normal, le quartier est actuellement paralysé […]

Gerd Janson
Chroniques  /   /  Aloïs Veteau

Gerd Janson : en toute modestie

Pour la quatrième édition des soirées Welcome, Make x France et PAPA MAMAN convient une nouvelle pointure de la scène actuelle au Petit Salon. Après Folamour, Jeremy Underground, Dr. Rubinstein ou encore Madben, c’est l’allemand Gerd Janson et sa house aux accents disco qui sera chargé de vous faire danser jusqu’au petit matin. Zoom sur […]

procès état environnement
Chroniques  /   /  Juliette Bouchard

Pas fait et encore Affaire : l’Etat est appelé à la barre

Le 18 décembre dernier, alors que l’agitation des festivités était palpable, retentissait sur la toile un appel national. Fatiguées de voir la régression des engagements environnementaux du pays, 4 ONG, soutenues par des personnages publiques, déclaraient intenter une action en justice contre le gouvernement français pour inaction climatique et invitait la société civile à s’unir. […]

SUIVEZ-NOUS