chroniques  /   / 

Make x Flashback : les années folles avec Garçon Sauvage

Expos, soirées, festivals, film… Nos heures perdues nous permettent de découvrir des pans de culture qui font la richesse et la singularité d’un pays. Plongez dans les yeux et la tête de nos rédacteurs le temps d’un événement et soyez les témoins privilégiés de leurs aventures. Aujourd’hui, on revient sur la dernière Early Check-In de l’année qui a eu lieu le 21 décembre dernier en compagnie de Garçon Sauvage.

 


Early Check-In x Garçon Sauvage

Early Check-In qu’est-ce que c’est ?

Pour les plus casaniers d’entre vous ou encore ceux qui vivraient dans une grotte, on vous explique. Early Check-In c’est le nouveau format du Sucre, qui une fois par mois investit un lieu du groupe Accor Hôtels tenu secret le temps d’une soirée. Afin de maintenir l’effet de surprise le plus longtemps possible, les participants tirés au sort découvrent le lieu des festivités le jour J, quelques heures avant leur coup d’envoi. L’artiste convié n’est, quant à lui, découvert qu’une fois sur place. Pour ce troisième épisode « hors les murs », le Rooftop de la Sucrière s’associe à Garçon Sauvage pour une soirée placée sous le signe des années folles. On avait déjà hâte d’y être dès l’annonce de cette collaboration.

 

garçon sauvage

© Gaétan Clément - GCP LYON

Jeudi 21 décembre : le jour J est enfin arrivé. Un peu plus tôt dans la journée, le lieu nous a été communiqué par texto. Le mystère est enfin levé : c’est à l’hôtel Mercure Château Perrache qu’il faudra être.

Il est 20h lorsque s’achève ma journée de dur labeur. Ni une, ni deux, j’enfile en vitesse ma tenue de soirée. Affublée d’une robe, d’une veste en fausse fourrure et d’un manteau rétro, me voilà fin prête. J’ajoute quelques plumes dans mes cheveux et le tour est joué. Après un rapide coup d’œil dans le miroir, je constate que ma ressemblance avec Joséphine Baker n’est pas vraiment flagrante. On saluera tout de même l’effort. Peu importe, c’est avec un enthousiasme non dissimulé que je prends le chemin de l’hôtel où les hostilités ont déjà débutées. Il est 20h30 lorsque j’arrive enfin à destination. Devant moi se dresse un bâtiment imposant à l’architecture haussmannienne. Plus tard au cours de la soirée, j’apprends de la bouche de Marta Pardo-Badier, sa directrice, que l’hôtel est classé Monument Historique. Une chose est sûre, pour ce troisième volet, le Sucre et l’équipe de PlusBelleLaNuit ont clairement mis les petits plats dans les grands.

 

garçon sauvage

Martha Pardo-Badier, la directrice de l'hôtel, au centre et Chantal La Nuit sur sa droite © Gaétan Clément - GCP LYON

L’entrée principale du bâtiment est bien cachée, mais je parviens à y accéder rapidement. A l’approche, je discerne une foule d’autochtones, verres de cocktails à la main et clope au bec affairée à discuter de façon animée sur le parvis de l’hôtel. Je reconnais quelques têtes, dont certaines drag-queens. Impossible d’ailleurs de les louper, avec leur maquillage prononcé à faire pâlir Kim Kardashian, perchées sur leurs talons hauts.

Rapide tour d’horizon : robes à franges, boas, perruques, frou-frous, escarpins et autres costumes sont de mise. Tout le monde semble s’être prêté au jeu et l’on se croirait tout droit sortis d’un roman de Francis Scott Fitzgerald. Comme si le temps s’était figé. L’espace d’un instant, je me surprend à imaginer Gatsby fendre la foule et venir nous saluer, une coupe de champagne à la main. L’image me fait sourire. Sans plus tarder, je pénètre à l’intérieur. Ca fourmille, les gens vont et viennent tandis que d’autres se prélassent sur les divans du hall d’entrée. Les plafonds sont hauts et ornés de moulures. Des lustres immenses y sont suspendus. Je découvre un subtil mélange d’élégance et de modernité. Le lieu se prête parfaitement à la teneur de l’évènement.

Guidée par le doux ronronnement des basses que je perçois au loin, je me dirige d’un pas assuré au cœur de la fête, en ayant au préalable pris le soin de faire un passage par le bar afin de m’abreuver. Un long couloir me mène à la salle principale où la fête bat son plein. Derrière les platines, c’est sans grande surprise mais pour le plus grand plaisir de mes oreilles que je découvre L’Homme Seul, dj résident des soirées Garçon Sauvage, qui déchaîne les foules, comme à son habitude. La salle est comble et on n’y danse pas vraiment le Charleston : ce sont sur des sonorités d’une house pêchue rythmée par les 4 saisons que les corps s’agitent et exultent.

 

garçon sauvage

© Gaétan Clément - GCP LYON

Je retrouve cette ambiance unique propre aux soirées Garçon Sauvage et qui a contribué à son succès. « Ici, tu viens comme tu es, chacun a sa place », aime le rappeler Chantal La Nuit, acteur de la nuit lyonnaise à l’origine de ces soirées devenues aujourd’hui incontournables.

« Tu peux être gros, moche, avec des seins tombants, une balafre sur la joue, être noir, arabe, pd, lesbienne, bi, trans, hétéro, venir en basket, tu viens comme tu veux, on s’en fout ». « L’idée c’est d’être soi-même dans sa propre singularité ».

Etre soi : la recette du succès. Une façon de concevoir les choses que Marta, à la direction de l’établissement, partage entièrement et c’est sûrement pour cette raison que l’évènement a été une réussite. « C’est pas évident pour un directeur d’hôtel d’avoir cette ouverture d’esprit » nous confie-t-elle. « Il faut oser, et c’est ça qui nous a uni ». Un pari osé mais réussi qui a donné à nos deux protagonistes d’autres idées. Affaires à suivre …

En attendant, rendez-vous le 25 janvier pour un nouveau « hors les murs » en association avec Oyster Sonores, le plus électro des bars à huîtres de la ville. Si vous n’avez pas fait le plein d’iodes pendant les fêtes, c’est l’occasion ou jamais de vous rattraper. Les inscriptions sont ouvertes et cette fois-ci ce sont les premiers arrivés qui seront les premiers servis. On vous aura prévenu.

Pour ceux qui n’y étaient pas mais aussi ceux qui souhaitent revivre ce moment hors du temps, en voici un aperçu en images :

Early Check-in

Une fois par mois, on investit un hôtel à Lyon pour une soirée hors les murs inédite et secrète. Celle de décembre se voulait Années Folles avec Garçon Sauvage dans le cadre prestigieux de Château Perrache. Next step : le 25 janvier prochain…Stay tuned here : → http://bit.ly/2CLtOwI#earlycheckin #EC2017 #accorhotels #hotelmercurecentrelyonchateauperrache

Publié par Le Sucre sur vendredi 5 Janvier 2018


Morgane Nicolas

Rédactrice Make x France
voir ses articles
+chroniques
Chroniques  /   /  Louis Dufourt

Burger Eyes : les yeux dans la nuit !

Derrière un nom à l’américaine se cache un studio créatif lyonnais, spécialisé dans la production de vidéos. Un ADN culturel et artistique, un regard sur le monde de la nuit et une volonté farouche de marquer les esprits, que l’on retrouve notamment dans les récents teasers des soirées Welcome. Rencontre. Il était une fois quatre […]

Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Le groupe Bagarre nous envoie en Kabylifornie avec son nouveau clip !

Les 5 fous dingues de Bagarre reviennent avec un morceau bien déglingué comme on les aime. « Kabylifornie » arrive pour mélanger électro, rap et violons orientaux pour notre plus grand plaisir. A peine un an après la sortie de « Club 12345 », les cinq bagarreurs reviennent pour mettre un gros uppercut à la musique française. Vous n’êtes […]

lyon stade de gerland
Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Autant en emporte Gerland : Ôde au stade mythique de Lyon !

Le Stade de Gerland… N’importe quel lyonnais ayant déjà vu un match de foot ou autre événement aura la larme à l’œil quand il se remémorera ses souvenirs au sein de cet édifice. On a beau tous aimer Mimi Aulas et l’OL, il faut bien avouer que c’est pénible de devoir prendre 3 bus, 7 […]

kerri chandler
Chroniques  /   /  Aloïs Veteau

Kerri Chandler : à travers les générations

Après avoir électrisé les foules lors de son passage à Nuits Sonores l’an dernier aux côtés de Jeremy Underground, Kerri Chandler fait son grand retour en terre lyonnaise à l’occasion de la prochaine et dernière soirée Welcome de la saison, au Petit Salon. On revient avec vous sur le parcours d’un artiste qui s’est hissé […]

SUIVEZ-NOUS