neopop festival
chroniques  /   / 

Lunettes 3D & Containers : le Neopop Festival 2017 mérite le podium

Depuis 2006, le Neopop (auparavant Antipop) a vu les plus grandes légendes de la musique techno défiler sous ses lasers. La scénographie a évolué mais l’esprit est resté inchangé : offrir aux 20 000 festivaliers l’expérience de « The Art Of Techno ». Nous avons participé à la douzième édition et nous n’avons aucuns doutes : nous serons là pour la treizième.

Photo à la une © Maruxiña Antunes Alvarez.


© Viana Do Castelo au crépuscule

Jeudi 3 Août 2017 – 12:04

Les températures excessives du mois d’août en France sont derrière nous. 23 degrés à Porto, à peine le temps de goûter aux nombreuses spécialités locales (mention spéciales aux « pasteis »), que nous montons dans le train pour Viana Do Castelo, l’une des dernières villes au nord avant la frontière espagnole. Une heure de trajet plus tard, nous sommes surpris par la propreté et le charme de cette cité côtière, ayant fait fortune grâce au commerce maritime. Nous avons encore un peu de mal à imaginer que Dj Stingray, Octave One, Paula Temple ou encore Maceo Plex vont débarquer pour l’un des festivals technos les plus qualitatifs de la saison.

Jeudi 3 Août 2017 – 20:41

On sirote quelques cocktails dans une rue animée de la ville en attendant quelques compères. Tant pis pour Dixon et les premiers artistes, qui chauffent le système son depuis 16h. Une bonne soixantaine de nationalités sont représentées, le festival ramène du monde depuis l’Europe entière. On voit, au loin, les faisceaux lumineux pointer l’horizon, accélérer leur rythme et se heurter aux nuages dans le ciel.

_

© Rui Soares
--

Jeudi 3 Août 2017 – 23 :28

Nous y voilà, la nuit est noire et les murs fortifiés renvoient les basses du set de Jane Fitz. L’ambiance, malgré la brise et la fine pluie (vous êtes au bord de l’océan), est chaude. Le temps de récupérer nos billets, nous apprécions la formidable organisation du festival, l’entrée est fluide et sécurisée. Premiers pas sur le site et premières bonnes impressions : ce n’est pas trop grand, le son est bon et la scénographie, en particulier sur la Neostage (la plus grande) est vraiment bien pensée. Le dj booth est entouré de gigantesques panneaux de led qui accompagnent la musique à travers différentes animations. Les premiers pas de danse sont accompagnés par l’une des dernières représentations du groupe Moderat et de leur titre A New Error.

Vendredi 4 Août 2017 – 03:59

Les différents points de ravitaillement fonctionnent bien et les prix sont justifiés. L’ Antistage est plus « underground » avec des artistes moins connus mais tout aussi intéressants. La scène est bloquée entre les grands murs du fort et des empilements de containers, utilisés pour l’occasion. On navigue entre les deux scènes et on est déjà pressé d’être le lendemain soir.

Vendredi 4 Août 2017 – 21:13

On se prépare à affronter la deuxième nuit. Les directeurs de la programmation ont fait les choses bien : les artistes sont correctement répartis et il y en a pour tous les goûts. À chaque soir son lot de bonnes surprises et la nuit 2 ne déroge pas à la règle. Après avoir profité des sets de Danny Tenaglia et de la tech-house de Paco Osuna, on se rend sur l’ Antistage pour découvrir une étoile montante de l’acid-techno, Dr Rubinstein. Impossible de décrocher, son set est maîtrisé et très bien pensé. Viendront ensuite Speedy J (toujours aussi énervé), Dj Stingray (membre du duo Drexciya) et Paula Temple qui accompagnera les premiers rayons du soleil. Il est temps de rentrer, les jambes commencent à fatiguer.

Samedi 5 Août – 18:20

Le Neopop Festival se veut conceptuel et leur signature « The Art Of Techno : exhibition » est déjà bien respectée avec ce que vous avons vu et entendu les deux nuits précédentes. Cette année, un musée dédié au festival prenait place dans un ancien bâtiment en plein centre de la ville où les arts visuels & sonores étaient liés grâce aux performances de danseurs.

Les tablettes diffusent la vidéo de réalisation du tableau : 
des performeurs dansent sur un track de l'un des artistes présents au Néopop. 
Le tableau est donc une représentation de la musique.

Dimanche 6 Août – 0:31

C’est Red Bull Music Academy qui s’occupait du plateau de la Neostage le samedi soir. Déjà presque habitué à la qualité des artistes de ce festival, ces derniers moments au Neopop furent les plus marquants. En arrivant sur les lieux, une dizaines d’hommes en tee-shirt bleu floqués d’une autoroute, signe de la présence de Kraftwerk, distribuaient des lunettes 3D. On s’apprêtait à profiter d’une expérience encore peu développée : le live 3D. Les 4 pères de la musique électroniques, forts de leurs petite cinquantaine d’année d’expériences dans les musiques électroniques sont hypnotisants. Les grands panneaux de led nous projettent des satellites dans les yeux et la coccinelle du clip autobahn semble se matérialiser. Bien que ce festival ait regorgé de moments incroyables, la majorité des visiteurs s’accorderont pour dire que c’était le moment le plus intense. Kraftwerk laisse la place à The Field en live (4 des 8 représentations sur la Neopop le samedi étaient live, RBMA oblige) qui agitera les foules avant Courtesy puis Octave One, autre grand moment de la soirée, toujours aussi professionnels.


Le retour en France est placé sous le signe du repos et les souvenirs qui défilent dans nos têtes nous l’assurent : le Neopop Festival a sa place parmi les beaux festivals technos. Si vous êtes un afficionados du genre, bloquez dès maintenant votre agenda pour l’édition 2018.


Ghislain Varlet

voir ses articles
+chroniques
tale of us
Chroniques  /   /  Léo Paget-Blanc

Tale Of Us, d’une love story italienne au succès mondial !

Un son unique, une esthétique remarquée, un label en pleine explosion… on serait presque à court de superlatifs lorsqu’on évoque le succès que rencontre Tale Of Us depuis leur première sortie minimal sur Baracca Music en 2010. Les deux Italiens, rencontrés sur les bancs de l’école, ont réussi, en moins d’une dizaine d’année, à devenir […]

Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Brodinski : de la techno française à la trap d’Atlanta

Mais qui est-il vraiment ? Tout le monde connaît son nom mais peu de monde comprend vraiment l’ampleur du personnage. De la techno à la trap d’Atlanta, le disc jockey/producteur Brodinski affole toutes les machines qu’il effleure depuis maintenant 10 ans. Parti depuis quelques années au royaume de l’obésité et des armes à feu, Lyon aura […]

Dr. Rubinstein
Chroniques  /   /  Aloïs Veteau

Dr. Rubinstein : pour l’amour de la danse

Pas de jaloux ! Si la première soirée Welcome de la saison était placée sous le signe de la house music et du groove, la deuxième sera résolument techno puisque c’est Dr. Rubinstein qui s’occupera de satisfaire les amateurs de gros kicks dans la grande salle du Petit Salon ce samedi 13 Octobre. On revient avec […]

Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Polo & Pan : envoûtant et fascinant !

Polo & Pan est arrivé au sommet de l’électro française quasiment en même temps que leur formation en 2014. Si vous ne connaissez pas le duo, vous avez certainement du passer ces quatre dernières années au fond d’une grotte en Meurthe-et-Moselle, sans GSM intelligent, sans ordinateur, avec un slip de bain pour tout vêtement et […]

SUIVEZ-NOUS