STATUE BELLECOUR
chroniques  /   / 

La Statue de Louis XIV : de la légende urbaine à la réalité historique

« Hey Pélo, on se donne rendez-vous sous la queue du cheval ! » Si vous êtes un pur Gone, où même que vous avez habité à Lyon, vous avez forcément déjà entendu cette phrase avant de partir vous engouffrer Rue de la République et ses magasins relous ou encore boire des bières place Sathonay. Le lyonnais aime se retrouver au centre de sa place Bellecour adorée. En plein milieu de celle-ci trône la statue équestre de Louis XIV, dit le Roi Soleil. Elle est un des symboles majeurs de la ville des Lumières dans le monde, son histoire est connue par tous les curieux et les amoureux de Lyon. Il est maintenant temps de démêler la légende de la réalité.

© Image à la une : Philippe Bastie

Il y a bien longtemps dans un Lyon lointain, très lointain, la statue équestre de Louis XIV fut érigée… Mais ce n’est pas celle que l’on croit !

Effectivement, celle que nous pouvons voir actuellement n’est pas l’originale, et ça : peu de monde s’en doute.

L’origine de cette statue remonte directement de la venue du célèbre monarque dans notre ville. En effet, Louis XIV n’aimait pas trop sortir de son cocon versaillais, il n’a rendu visite qu’une fois à ses sujets lyonnais en 1708. Stupéfait, le Roi Soleil découvrit une ville aussi lumineuse que sa propre personne, il acheta donc la place Bellecour pour célébrer cette visite. Pour rendre hommage au monarque, une première statue le représentant fut érigée en 1713 par le sculpteur français (d’origine hollandaise) Martin Desjardins.

Inauguration de la statue équestre de Louis XIV, Charles Grandon

Mais comme vous le savez bien, l’histoire avec un grand H n’est pas linéaire : la vie de cette première statue royale a donc été symboliquement ôtée en même temps que la monarchie française fin XVIIIème.

En effet, elle fut détruite durant la Révolution française, plus précisément le 28 août 1792. Les révolutionnaires avaient besoin de matériaux pour fabriquer des armes : ils ont donc utilisé le bronze de la statue pour confectionner des canons afin de combattre les troupes fidèles à la couronne.

STATUE BELLECOUR

De cette statue initiale, il ne reste que les sculptures de Guillaume et Nicolas Coustou, les deux grands frères sculpteurs du XVIIIème siècle, qui se trouvaient sur le socle de la statue de Louis XIV : le Rhône et la Saône. Les deux fleuves de la ville des Lumières sont représentés par un homme et un lion pour le Rhône et une femme et une lionne pour la Saône.

Ces deux œuvres métaphoriques ont pu être sauvées de la destruction et ont longtemps été conservées à l’Hôtel de Ville de Lyon.

Elles seront réintégrées plus tard dans l’ensemble.

Allégorie du Rhône, par Guillaume Coustou

La seconde statue est donc une reproduction du travail de Martin Desjardins. Le sculpteur François-Frédéric Lemot sera à l’œuvre pour cette nouvelle réalisation.

Premier élément du chef d’œuvre à venir : l’artiste est originaire de la capitale des Gaules (pour nous autres, lyonnais chauvins, ça fait plaisir on ne va pas se mentir).

Lemot est un sculpteur français majeur du XIXème siècle, et la statue de Louis XIV sera sa dernière grande œuvre.

En effet, un lyonnais donne toujours tout son amour pour sa ville : Lemot a travaillé avec passion pour que le 6 novembre 1825, la magnifique statue en bronze de Louis XIV soit inaugurée. On peut y voir le Roi Soleil, chevauchant son étalon à la romaine, c’est-à-dire sans selle, ni étriers. Ceci n’a pas été compris par tous à l’époque et une bien étrange légende est née et a d’ailleurs traversé les époques !

Il a été fantasmé que Lemot avait en fait oublié les étriers : à la suite de cet échec personnel, il se serait donné la mort, honteux de son travail.

Aujourd’hui encore François-Frédéric Lemot doit bien se marrer dans sa tombe, vu que non seulement son œuvre a traversé le temps et le cœur de chaque spectateur grâce à la beauté de sa sculpture, mais aussi parce qu’a la suite de son travail, il sera décoré de la légion d’honneur, la plus haute distinction française en vigueur depuis son instauration par Napoléon 1er. Une fin de carrière donc en apothéose pour un lyonnais qui aura fait sa plus belle œuvre pour sa ville bien aimée.

STATUE BELLECOUR

En 1950, les statues du Rhône et de la Saône que nous avons vues plus haut seront enfin ressorties de l’hôtel de ville pour retrouver leur place historique et symbolique au pied de l’œuvre de Lemot.

Aujourd’hui, fait paradoxal bien français cocorico, le monarque absolu est devenu le point de rendez-vous de la plupart des manifestations revendicatives populaires ! Les gueux et manants du 21ème sicèle se retrouvent toujours aux pieds de leur Roi avant d’entamer la révolution ! Cependant, près de 200 ans après son installation, nous pouvons dire que le Roi Soleil et son fidèle destrier illuminent toujours la place Bellecour et le cœur des lyonnais !

 

 


Vladimir Colovray

voir ses articles
+chroniques
Chroniques  /   /  Juliette Bouchard

IA : Ces voyelles qui nous en font perdre notre français

Matchiste, sexiste, raciste et autres adjectifs du même acabit sont attribués à l’IA des temps modernes. Ce qui était supposé révolutionner positivement la nouvelle ère s’avère parfois (souvent) présenter de (très) nombreuses limites, et pas des moindres. Image de mise en avant : © Wall E Loin d’Enigma et de la brillante invention d’Alan Turing […]

iris van herpen
Chroniques  /   /  Emma Roesslinger

Iris Van Herpen : aiguilles et imprimantes 3D

Iris Van Herpen officie depuis 12 ans maintenant dans la Couture telle une véritable artiste : entre impressions 3D et collaborations de haute voltige, la créatrice néerlandaise ne cesse de s’imposer progressivement dans le monde de la mode. Portrait en images de cette surdouée du vêtement. © Ami Sioux Iris Van Herpen voit le jour en […]

Pokémon Go
Chroniques  /   /  Emmanuelle Renault

Pokemon Go : récit d’une réalité augmentée

Par un samedi ensoleillé du mois de février, j’ai profité du beau temps pour suivre un groupe de joueurs de Pokemon Go au parc de la tête d’Or. Lancée en 2016, l’application semblait presque avoir disparu pour les noobs comme moi. Pourtant, les quartiers de Confluence, Part-Dieu et Tête d’or cachent aujourd’hui une toute autre […]

Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Arnaud Rebotini va clôturer l’anniversaire d’Arty Farty avec une première mondiale !

Pour le vingtième anniversaire d’Arty, c’est un golem au costume impeccable et à la moustache saillante qui assurera le spectacle final dans la grande salle de l’Auditorium de Lyon. Arnaud Rebotini clôturera la fête de l’association qui organise Nuits Sonores avec une avant-première mondiale : le live de la bande-originale de 120 battements par minute, avec un […]

SUIVEZ-NOUS