k-hand detroit
chroniques  /   / 

Comment Kelli Hand est devenue « The First Lady of Detroit » ?

C’était le 25 juillet 2017. L’une des pionnières d’un genre musical si souvent contesté était nommé « The First Lady of Detroit ». Kelli Hand recevait le titre de citoyenne d’honneur au centre municipal de Detroit, acté par un certificat qui listait ses nombreux accomplissements durant ses 20 grandes années de carrière.


Kelli Hand a toujours cultivé un côté autodidacte. Elle se procure rapidement des hits de dance music lorsqu’elle comprend l’effervescence du mouvement électro à la fin des années 80 (elle participera notamment plusieurs fois aux soirées organisées dans le loft de Derrick May et, comme une bonne partie des habitants, se prend d’affection pour ces nouvelles sonorités électroniques) et se fait repérer par Ken Collier qui lui décroche sa première résidence dans un club gay de la Motor City.

Elle commence à presser ses propres disques dans le studio aménagé chez elle, sa carrière ne fait que commencer et un certain Jeff Mills lui propose de signer son premier EP chez Underground Resistance. Une proposition qu’elle déclinera pour fonder son propre label (UK House Records, devenu par la suite Acacia Records car le public pensait, et c’est logique, que le label était anglais).

Elle décidera très tôt de prendre le pseudonyme K-Hand pour cacher son genre qu’elle estimait pouvoir être une entrave à sa carrière. Il faut dire que les DJ’s féminine ne couraient pas les rues à l’époque, le milieu étant presque exclusivement masculin. K-Hand est l’une des premières DJ’s techno femmes.

La première dame de Detroit n’a rien à envier à ceux qui ont prêché la parole technophile à travers la planète comme Jeff Mills, Robert Hood, Carl Craig…

City of Detroit Government Detroit History in the making! <3 Such an Honor and exciting to receive this Award today from…

Publié par K-HAND sur mardi 25 juillet 2017

Ce titre est perçu depuis lors comme un encouragement pour les acteurs qui veulent donner une place plus paritaire à la femme dans un milieu majoritairement composé d’hommes.

On pourrait se demander pourquoi K-hand n’est pas plus reconnue et vue dans les clubs électro. Elle l’explique simplement par le fait qu’elle n’a jamais eu de vraie agence de booking pendant des années et qu’elle n’est pas du genre à vouloir jouer 100 fois par an.

Vous l’aurez compris, ce titre est amplement mérité pour une artiste de la trempe de Kelli Hand et on vous donne la possibilité de venir découvrir (ou re-découvrir) The First Lady of Detroit le 7.03 au Rex Club à Paris !

EVENT

 


Ghislain Varlet

voir ses articles
+chroniques
Sunwaves Festival
Chroniques  /   /  Léo Paget-Blanc

Week-end en virée roumaine sur la terrasse du Sucre !

De manière à faire écho à l’année croisée France-Roumanie organisée par l’Institut français, le Sucre a décidé de mettre en valeur la scène musicale roumaine. Ainsi, un weekend durant (29,30 et 31 mars), vous verrez se succéder pas moins de 4 soirées, variant les esthétiques et les formats, où trouveront à s’exprimer les différentes sonorités […]

Chroniques  /   /  Juliette Bouchard

IA : Ces voyelles qui nous en font perdre notre français

Matchiste, sexiste, raciste et autres adjectifs du même acabit sont attribués à l’IA des temps modernes. Ce qui était supposé révolutionner positivement la nouvelle ère s’avère parfois (souvent) présenter de (très) nombreuses limites, et pas des moindres. Image de mise en avant : © Wall E Loin d’Enigma et de la brillante invention d’Alan Turing […]

iris van herpen
Chroniques  /   /  Emma Roesslinger

Iris Van Herpen : aiguilles et imprimantes 3D

Iris Van Herpen officie depuis 12 ans maintenant dans la Couture telle une véritable artiste : entre impressions 3D et collaborations de haute voltige, la créatrice néerlandaise ne cesse de s’imposer progressivement dans le monde de la mode. Portrait en images de cette surdouée du vêtement. © Ami Sioux Iris Van Herpen voit le jour en […]

Pokémon Go
Chroniques  /   /  Emmanuelle Renault

Pokemon Go : récit d’une réalité augmentée

Par un samedi ensoleillé du mois de février, j’ai profité du beau temps pour suivre un groupe de joueurs de Pokemon Go au parc de la tête d’Or. Lancée en 2016, l’application semblait presque avoir disparu pour les noobs comme moi. Pourtant, les quartiers de Confluence, Part-Dieu et Tête d’or cachent aujourd’hui une toute autre […]

SUIVEZ-NOUS