chroniques  /   / 

John Hamon, ou l’histoire d’un faciès inconnu devenu célèbre

On a tous croisé au moins une fois la face de John Hamon au coin d’une rue. Celui qui est devenu désormais le roi de ce qu’il nomme lui-même, l’art promotionnel, s’est fait observé sur les deux silos du Sucre en septembre (oui on est un peu en retard). Un lieu bien connu de nos chers lecteurs qui permet de parler de cet artiste qui reste encore obscur auprès du grand public.

© John Hamon

 

@jhonhamon 

 

Un bonne partie des personnes qui ont eu l’occasion de croiser le regard mutin de John sur un mur valideront s’être posé les questions suivantes : « Qui est ce nouvel homme politique ? Il a un rapport avec Benoit Hamon ? C’est du street art ça ? » ou encore « C’est qui encore ce c** ?« . Interrogations farfelues mais qui restent au demeurant totalement légitimes au vue du peu d’information sur le sujet.

« La promotion, c’est l’œuvre ! J’ai fait de ma promotion ma production, si on veut résumer….« 

L’histoire de ce portrait débute en 2001, lorsque John Hamon, en bon enfant du pop art qu’il est, colle ses premiers autoportraits photo dans les rues de Paris. L’idée de l’artiste derrière ce besoin frénétique de coller partout un vieux portrait de soi-même pendant plus de 17 ans, c’est le concept d’art promotionnel. La démarche de John Hamon peut être décrite comme protestataire passive.

L’artiste souhaite interpeller le public sur la notion de promotion dans le milieu de l’art.

Pour faire court, une œuvre est ré-évaluée après être passée entre les mains d’un critique célèbre, d’un acteur ou encore d’un milliardaire. Le principe de promotion ne le rebute pas pour autant. Loin de là ! Il décrit la promotion comme le niveau zéro de l’art. Ou l’ambiguïté à l’origine même de l’art qu’il y a entre la promotion d’une œuvre au simple but publicitaire et un sens caché beaucoup plus profond proche de la notion de mouvement. Son objectif est de mettre en lumière ce phénomène. Mettre un avant l’artiste par le biais de la promotion et non l’œuvre. Hamon décrit lui-même sa vision dans une interview accordé aux confrères de Manifesto XXI : « La promotion, c’est l’œuvre ! J’ai fait de ma promotion ma production, si on veut résumer….« .

 

Ministère de la Culture

 

Ce punk « sympa » de l’art va plus loin en provocant gentiment les plus grandes institutions culturelles du pays. En phase avec son époque, il a notamment projeté, sans autorisation aucune, sa tête sur les murs du Palais de Tokyo ou encore du Ministère de la Culture.

 

Palais de Tokyo

Avec ces coups de com’ bien pensés, l’artiste aspire à faire changer les procédés des institutions culturelles françaises. Son objectif est d’arriver à ce que ces mêmes institutions redeviennent des tremplins permettant aux artistes d’émerger. Ce qui était leur sens premier. Et non des vitrines pour « artistes-multinationales » déjà très implantés dans le marché de l’art.


Gauthier Louison

Rédacteur Make x France
voir ses articles
+chroniques
Chroniques  /   /  Louis Dufourt

Burger Eyes : les yeux dans la nuit !

Derrière un nom à l’américaine se cache un studio créatif lyonnais, spécialisé dans la production de vidéos. Un ADN culturel et artistique, un regard sur le monde de la nuit et une volonté farouche de marquer les esprits, que l’on retrouve notamment dans les récents teasers des soirées Welcome. Rencontre. Il était une fois quatre […]

Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Le groupe Bagarre nous envoie en Kabylifornie avec son nouveau clip !

Les 5 fous dingues de Bagarre reviennent avec un morceau bien déglingué comme on les aime. « Kabylifornie » arrive pour mélanger électro, rap et violons orientaux pour notre plus grand plaisir. A peine un an après la sortie de « Club 12345 », les cinq bagarreurs reviennent pour mettre un gros uppercut à la musique française. Vous n’êtes […]

lyon stade de gerland
Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Autant en emporte Gerland : Ôde au stade mythique de Lyon !

Le Stade de Gerland… N’importe quel lyonnais ayant déjà vu un match de foot ou autre événement aura la larme à l’œil quand il se remémorera ses souvenirs au sein de cet édifice. On a beau tous aimer Mimi Aulas et l’OL, il faut bien avouer que c’est pénible de devoir prendre 3 bus, 7 […]

kerri chandler
Chroniques  /   /  Aloïs Veteau

Kerri Chandler : à travers les générations

Après avoir électrisé les foules lors de son passage à Nuits Sonores l’an dernier aux côtés de Jeremy Underground, Kerri Chandler fait son grand retour en terre lyonnaise à l’occasion de la prochaine et dernière soirée Welcome de la saison, au Petit Salon. On revient avec vous sur le parcours d’un artiste qui s’est hissé […]

SUIVEZ-NOUS