jeremy undeground
chroniques  /   / 

Jeremy Underground : une passion pour la House devenue obsessionnelle

A l’occasion de la première soirée Welcome de la saison, le nouveau rendez-vous des gones les plus noctambules, c’est Jeremy Underground qui accompagnera Folamour au Petit Salon et nous fera partager son immense collection de disques. Focus sur un homme qui a élevé la house au rang de science.

© Photo à la une : Badaboum

« Ça concerne votre mode de vie, vos intérêts, vos pensées : êtes-vous sincère, croyez-vous en quelque chose, vous battez-vous pour vos croyances ? Il ne s’agit pas d’être caché ou de jouer uniquement dans une cave ».

Voilà comment Jérémy définit la notion d’Underground, et cela résume plutôt bien son état d’esprit.

jeremy underground

Il faut dire que la musique est apparue dans sa vie comme une révélation. En 1997, Jérémy Fichon a 10 ans lorsqu’il écoute les mixs de DJ Deep sur Radio Nova et tombe instantanément amoureux de la musique house. Le jeune garçon réussit à convaincre sa mère de l’emmener visiter les locaux de la célèbre radio, puis dans un non moins célèbre disquaire de Paris : Rough Trade. Il y achète son tout premier disque, une compilation de deep house de Chicago qui lui est conseillée et vendue par Arnaud Rebotini en personne !

Guidé par une passion devenue obsessionnelle, il part à la recherche des vinyles les plus rares et se consacre entièrement à un genre bien spécifique : la house des années 90, qu’il aime appeler celle de New York voire de New Jersey. Une house très soulful, inspirée notamment par Masters At Work. Jérémy passe alors jusqu’à trois heures par jour à écumer les disquaires en ligne comme Discogs ou Decks, et complète sa collection.

Le lancement de son label My Love Is Underground en 2010 trouve un écho retentissant auprès des house heads et des clubs, qui souhaitent le voir passer ses disques.

jeremy underground

Celui qui n’avait qu’une platine dans sa chambre trouve donc un pseudo et se met au DJing. Ses sélections font un carnage et il acquiert rapidement la réputation de jouer les tracks les plus obscures du genre, le tout sans jamais produire un seul morceau. Le digger n’en ressent tout simplement ni l’envie ni le besoin, considérant ne pas pouvoir apporter de nouveau souffle à ce genre vieux de presque quatre décennies. Il possède aujourd’hui plus de 6000 vinyles, et a noué une relation d’amitié avec son idole de toujours : Kerri Chandler (avec lequel il échange souvent des b2b, à l’image de la closing des Nuits au festival Nuits Sonores 2018). Ce dernier a d’ailleurs dit de Jérémy qu’il connaissait mieux sa propre musique que lui-même. L’anecdote raconte même que le parisien aurait un jour gagné sans le savoir une enchère en ligne pour la première release de Kerri Chandler, contre Kerri Chandler himself !

jeremy underground

Ce samedi 29 septembre, c’est au Petit Salon qu’il posera son bac à vinyles pour vous faire groover jusqu’à l’aube. Un déplacement qui devrait être une formalité pour celui qui compte plus de 130 déplacements avec les Bad Gones de l’OL.

Publiée par PAPA MAMAN sur Jeudi 13 septembre 2018

 


Aloïs VETEAU

Rédacteur Make x France
voir ses articles
+chroniques
Chroniques  /   /  Louis Dufourt

Burger Eyes : les yeux dans la nuit !

Derrière un nom à l’américaine se cache un studio créatif lyonnais, spécialisé dans la production de vidéos. Un ADN culturel et artistique, un regard sur le monde de la nuit et une volonté farouche de marquer les esprits, que l’on retrouve notamment dans les récents teasers des soirées Welcome. Rencontre. Il était une fois quatre […]

Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Le groupe Bagarre nous envoie en Kabylifornie avec son nouveau clip !

Les 5 fous dingues de Bagarre reviennent avec un morceau bien déglingué comme on les aime. « Kabylifornie » arrive pour mélanger électro, rap et violons orientaux pour notre plus grand plaisir. A peine un an après la sortie de « Club 12345 », les cinq bagarreurs reviennent pour mettre un gros uppercut à la musique française. Vous n’êtes […]

lyon stade de gerland
Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Autant en emporte Gerland : Ôde au stade mythique de Lyon !

Le Stade de Gerland… N’importe quel lyonnais ayant déjà vu un match de foot ou autre événement aura la larme à l’œil quand il se remémorera ses souvenirs au sein de cet édifice. On a beau tous aimer Mimi Aulas et l’OL, il faut bien avouer que c’est pénible de devoir prendre 3 bus, 7 […]

kerri chandler
Chroniques  /   /  Aloïs Veteau

Kerri Chandler : à travers les générations

Après avoir électrisé les foules lors de son passage à Nuits Sonores l’an dernier aux côtés de Jeremy Underground, Kerri Chandler fait son grand retour en terre lyonnaise à l’occasion de la prochaine et dernière soirée Welcome de la saison, au Petit Salon. On revient avec vous sur le parcours d’un artiste qui s’est hissé […]

SUIVEZ-NOUS