jennifer_cardini_portrait
chroniques  /   / 

Jennifer Cardini : étonnante et détonnante

Elle avait marqué les Nuits Sonores 2018 de son passage en tant que curatrice du Day 1 avec ses invités et son DJ set à la hauteur de son talent. Pointure des musiques électroniques depuis plus de 20 ans, elle sera de retour à Lyon ce 3 février sur le rooftop du Sucre. Annulez dès maintenant votre session Netflix & chill dominicale et laissez vous embarquer dans la techno raffinée de Jennifer Cardini.


Originaire de Nice, Jennifer Cardini baigne dans la culture rave des années 90 dès l’adolescence. A force de sorties en clubs elle se passionne très vite pour les musiques électroniques. Sans ambition particulière de devenir DJ, elle s’achète rapidement des vinyles et une platine pour écouter chez elle la musique qu’elle aime. Quelques rencontres fructueuses plus tard, Cardini se retrouve aux platines des raves environnantes et détonne par son style techno dont elle tire ses inspirations des DJ Laurent Garnier, Juan Atkins ou encore Derrick May

A 19 ans, elle mixe déjà aux côtés de Jeff Mills lors d’une soirée Panic in Detroit à Nice.

En 1996, elle sort son 1er EP Trash Cocktail / Puss Och Kram chez Pumpkin Records. Deux ans plus tard, Cardini est invitée à mixer au Pulp à l’occasion de la techno parade. Elle y fera entre autre la rencontre de Sextoy avec qui elle produira Cash sous le pseudonyme Pussykiller.

Jennifer Cardini se fera alors une place de choix dans le milieu techno parisien à coup de résidences dans différents clubs de la capitale. Elle prendra la tête des soirées Under Pressure du Pulp où sont conviés les grands noms de la minimale allemande comme Thomas Brinkmann et le poids lourd des labels techno Kompakt. Elle sera également à l’origine des soirées Automatik au mythique Rex Club et des Correspondant au Nouveau Casino. Des résidences toutes plus prestigieuses les unes que les autres où elle se plaisait à mixer une techno frénétique et ténébreuse à la Cardini.

En 2005 après la sortie de son mix percutant Lust, l’énergie et le talent de Jennifer Cardini se verront acclamés par la sphère electro. Elle sera la 1ère femme à signer chez Kompakt avec son 4ème mix Feeling Strange.

En 2011, elle fonde Correspondant que l’on connait pour ses compilations et les nombreux artistes qui ont fait la réputation de ce label comme les italiens de Marvin & Guy, l’américain Mike Simonetti et l’allemand Roman Flügel.

Jennifer-cardini_DJ

Productrice, DJ hors pair et engagée dans la cause LGBT. Jennifer Cardini a déjà fait le tour des clubs du monde entier. Régulièrement invitée à mixer au festival Burning Man, résidente du Rex Club depuis 14 ans, elle s’est imposée dans le milieu électro comme une évidence.

Elle fera un stop par le rooftop du Sucre ce dimanche, un conseil : soyez au rendez-vous.

EVENTTICKETS


Audrey Savoye

Rédactrice Make x France
voir ses articles
+chroniques
Chroniques  /   /  Louis Dufourt

Burger Eyes : les yeux dans la nuit !

Derrière un nom à l’américaine se cache un studio créatif lyonnais, spécialisé dans la production de vidéos. Un ADN culturel et artistique, un regard sur le monde de la nuit et une volonté farouche de marquer les esprits, que l’on retrouve notamment dans les récents teasers des soirées Welcome. Rencontre. Il était une fois quatre […]

Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Le groupe Bagarre nous envoie en Kabylifornie avec son nouveau clip !

Les 5 fous dingues de Bagarre reviennent avec un morceau bien déglingué comme on les aime. « Kabylifornie » arrive pour mélanger électro, rap et violons orientaux pour notre plus grand plaisir. A peine un an après la sortie de « Club 12345 », les cinq bagarreurs reviennent pour mettre un gros uppercut à la musique française. Vous n’êtes […]

lyon stade de gerland
Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Autant en emporte Gerland : Ôde au stade mythique de Lyon !

Le Stade de Gerland… N’importe quel lyonnais ayant déjà vu un match de foot ou autre événement aura la larme à l’œil quand il se remémorera ses souvenirs au sein de cet édifice. On a beau tous aimer Mimi Aulas et l’OL, il faut bien avouer que c’est pénible de devoir prendre 3 bus, 7 […]

kerri chandler
Chroniques  /   /  Aloïs Veteau

Kerri Chandler : à travers les générations

Après avoir électrisé les foules lors de son passage à Nuits Sonores l’an dernier aux côtés de Jeremy Underground, Kerri Chandler fait son grand retour en terre lyonnaise à l’occasion de la prochaine et dernière soirée Welcome de la saison, au Petit Salon. On revient avec vous sur le parcours d’un artiste qui s’est hissé […]

SUIVEZ-NOUS