Dr. Rubinstein
chroniques  /   / 

Dr. Rubinstein : pour l’amour de la danse

Pas de jaloux ! Si la première soirée Welcome de la saison était placée sous le signe de la house music et du groove, la deuxième sera résolument techno puisque c’est Dr. Rubinstein qui s’occupera de satisfaire les amateurs de gros kicks dans la grande salle du Petit Salon ce samedi 13 Octobre. On revient avec vous sur son parcours et les raisons de son succès.

Photo à la une : David Boschet ©

Vous l’aviez peut-être aperçue sur l’esplanade de la Sucrière lors de la dernière édition des Nuits Sonores, ou bien remarqué son nom sur les affiches du Sonar, de Dekmantel ou encore du Jazz Festival de Montreux. Marina Rubinstein de son vrai nom n’en finit pas de tout emporter sur son passage avec ses vagues d’acid hypnotiques et ses bangers sortis tout droit des raves les plus sombres des années 1990.

Dr. Rubinstein Nuits Sonores 2018

Photo : Dr. Rubinstein @ Nuits Sonores 2018 - Tony Noël ©

Si elle reconnaît avoir trouvé le préfixe « Dr. » « badass » et « old school » au moment de choisir son nom de scène, ce choix n’a cependant rien d’anodin. L’artiste prône une médecine bien particulière : la thérapie par la danse (à ne pas confondre avec le Dr Henri Rubinstein, spécialiste de la rigologie).

C’est en effet par le biais de la danse que Marina est tombée amoureuse de la techno.

Née en Russie, c’est bel et bien à Tel-Aviv qu’elle a grandi et fréquenté ses premières raves. Elle compare la danse à une sorte de méditation procurant une sensation de bonheur absolu et qui chasse toutes sortes de pensées négatives. C’est cette sensation qu’elle recherche non seulement pour elle mais également pour tous les techno-addicts qui viennent la voir jouer. Elle base ses sets sur l’instinct et le mood présent sur le dancefloor, et souhaite créer une atmosphère intense. Quand elle ne mixe pas, Marina continue de fréquenter les clubs du monde entier pour danser, toujours.

 

Dr. Rubinstein

Photo : Sandra Kalicka ©

Le déclic Berlinois

Alors qu’elle commençait à peine à mixer à Tel-Aviv avec son ordinateur portable, un voyage à Berlin va venir chambouler sa vie. Elle y part une dizaine de jours, loue un vélo et explore la vie nocturne Berlinoise seule. Marina tombe immédiatement sous le charme de la ville, à tel point qu’elle y retourne plusieurs fois dans l’année avant d’y emménager définitivement en 2012. Elle achète ses premiers vinyles, et joue son premier set dans un bar. « C’était un lundi soir et il y avait peut-être seulement 20 personnes dans le bar. Mais à la fin de la soirée, tout le monde dansait. Ça m’a stupéfié ».

Les connexions se font et Marina se retrouve rapidement à jouer dans les meilleurs clubs de la capitale. Sans être affiliée à un label, sans même produire, elle se fait un nom et figure maintenant parmi les étoiles montantes de la scène techno mondiale.

 

 

Dr. Rubinstein au Neopop Electronic Music Festival en 2017

 

Ce samedi, le Dr. Rubinstein vous donne rendez-vous dans son Petit Salon pour vous faire danser jusqu’à l’aube sur des mélodies ténébreuses. Préparez votre paire de chaussure la plus solide et attachez bien vos lacets : le voyage s’annonce grandiose.

 


                            

Aloïs VETEAU

Rédacteur Make x France
voir ses articles
+chroniques
Chroniques  /   /  Gauthier Louison

La Trap au sommet ? Revenons à la base

Chez MX, nous aimons la musique, mais ça, vous le saviez déjà. Voilà pourquoi nous nous intéressons à tous les genres qui marquent notre temps. Aujourd’hui, on va vous parler de la Trap. Voici un état des lieux d’un style qui ne cesse de révolutionner l’industrie musicale depuis son explosion il y a près d’une […]

restaurants lyonnais
Chroniques  /   /  Ghislain Varlet

« La Capitale de la Gastronomie » : une si belle mais difficile considération

Si Paris peut se targuer de nombreux privilèges et bénéfices au regard d’autres villes Européennes, il y a un titre qu’elle ne peut s’octroyer : celui de la capitale de la Gastronomie. Lyon est toujours considérée comme la ville où l’on mange le mieux sur cette planète. On peut néanmoins se demander d’où vient cette si […]

Positive Education 7 ans
Chroniques  /   /  Léo Paget-Blanc

7 ans de Positive Education et pas une seule ride

Le 16 février prochain, le désormais célèbre festival stéphanois Positive Education souffle sa 7ème bougie et pas en n’importe quelle compagnie puisque DJ AZF officiera en maîtresse de cérémonie. Elle sera accompagnée d’un soupçon d’hétéroclisme avec Djrum et d’une poignée de stars locales avec, notamment, les lyonnais The Pilotwings. Petit regard sur la recette de […]

Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Le Théâtre Antique de Fourvière : des romains en jupette aux concerts de festivals

Les ruines de Fourvière, qu’est-ce que c’est ? Un spot pour selfie Instagram avec ces filtres laids (#fourviere #summerhot #onlylyonbynight) ? Pour les fans de musique qui viennent profiter du cadre somptueux pour savourer un concert lors des Nuits de Fourvière ? Tout ce beau monde sait évidemment que ce lieu date de l’Empire Romain, […]

SUIVEZ-NOUS