tour métallique fourvière
chroniques  /   / 

La « Tour Eiffel » lyonnaise : une grande histoire !

« Voilà, c’est la tour Eiffel ! » : si vous êtes lyonnais, vous avez forcément déjà fait cette blague nulle aux touristes chinois ou américains – vous savez ceux qui pensent que la France est la capitale de Paris et que tous les français mangent du pain 24h sur 24h avec un béret vissé sur le crâne. La « Tour radio de Lyon » ou tour métallique de Fourvière (selon gougueule) est la plus fidèle voisine de la basilique Fourvière depuis 1894. Son histoire n’est pas commune, revenons ensemble sur un symbole républicain qui a été érigé au côté de celui du clergé lyonnais.

Image à la une : Sonia Fatima Chaoui

Après l’humour, il faut bien reconnaître que la tour radio n’est pas si étrangère que ça à la Tour Eiffel. En effet, après l’exposition universelle de Paris en 1889 et la mise en place de la fameuse Dame de Fer de Gustave Eiffel sur le Champ de Mars de la capitale, les architectes et ingénieurs du monde entier vont s’en inspirer.

Pour l’exposition coloniale du Parc de la Tête d’Or en 1894 (Les fameux zoo humains où l’on mettait des africains et des asiatiques en cage…), Lyon aura sa « Tour Eiffel ».

Le projet est donc lancé en 1892, et l’emplacement choisi est Fourvière, pour que la tour puisse surplomber la ville : ce site offrira une vue panoramique sur l’ensemble de Lyon mais aussi sur le parc Tête d’Or et son exposition.

Selon la vieille légende urbaine lyonnaise, la construction de la tour métallique de Fourvière trouve également ses origines dans le conflit qui opposait l’Eglise et les républicains laïcs au XIXème siècle. En effet, il faut bien se rendre compte que le conflit entre catholiques et laïcs a été particulièrement virulent dès 1848 (la proclamation de la Seconde République), jusqu’en 1905, et la séparation officielle de l’Eglise et de l’Etat.

Dans notre ville, on peut dire que ce conflit à été conceptualisé architecturalement parlant avec la basilique Fourvière et la tour métallique.

La légende raconte que la construction de cette dernière a été largement soutenue par la municipalité pour mettre en avant le monument républicain. Il fallait que le symbole catholique soit inférieur au symbole de la IIIème République. L’idée était que le point culminant de Lyon devait être républicain et non religieux. Cette fameuse histoire lyonnaise n’est cependant pas corroborée par un texte officiel ou même un article de presse de l’époque, mais l’histoire a traversé les siècles et est fortement ancrée dans l’imaginaire collectif lyonnais.

tour métallique fourvière

© Burger Eyes Studio pour Welcome • 4

La tour sera donc construite en 1894 et représente le point le plus élevé de Lyon : 357 mètres d’altitude. Certains diront qu’elle fait tâche à côté de la basilique Fourvière, mais elle reçoit tout de même un accueil chaleureux des lyonnais. Elle est baptisée tour Paufique, en hommage au président du conseil d’administration qui a géré l’édification de la construction.

Petit fait que les lyonnais ne savent pas forcément, c’est que la tour a failli être détruite !

En effet, durant la Seconde Guerre mondiale, les nazis (toujours eux et leur accent infernal) avaient décidé de détruire la tour pour en récupérer l’acier. Après une bataille juridique, l’arrêté allemand sera annulé le 6 juillet 1943 et l’édifice sera donc sauvé !

Jusqu’au 1 novembre 1953 la tour sera un lieu touristique réputé à Lyon, pour la magnifique vue qu’elle offre sur la ville des lumières. Elle deviendra un relais pour la télévision et pour la radio qui est toujours en activité à ce jour.

Hé oui, c’est grâce à elle que vous pouvez écouter la bonne soupe de Radio Scoop ou encore la radio anarchiste Radio canut et sa qualité sonore digne d’un Talkie Walkie de la Seconde Guerre Mondiale.

Aujourd’hui, la tour métallique de Fourvière est aimée et appréciée par le peuple lyonnais. S’il est facile de la qualifier de « petite Tour Eiffel de Lyon », ce n’est pas vu comme quelque chose de négatif quand on s’intéresse à son histoire incroyable. Elle trône depuis plus d’un siècle à côté de son ancienne rivale, mais néanmoins meilleure amie, la Basilique de Fourvière.

 


La Tour métallique de Fourvière est le monument lyonnais qui inspire les visuels (réalisés par Burger Eyes Studio) de notre dernier événement Welcome. Vous pouvez rejoindre l’événement ici. 

Welcome • 4 avec Gerd Janson, David Vunk & Sons Of House

Welcome • 4 avec Gerd Janson, David Vunk & Sons Of House

Publiée par Make x France sur Dimanche 2 décembre 2018


Vladimir Colovray

voir ses articles
+chroniques
théâtre immersif lyon
Chroniques  /   /  Emmanuelle Renault

On a participé à une expérience de Théâtre Immersif à Lyon.

Expositions immersives organisées à l’atelier des Lumières à Paris, théâtre et cinéma immersifs au sein du projet DAU, prière de toucher au MBA, les immersions et plongées culturelles semblent avoir le vent en poupe. A l’occasion d’une expérience sensorielle proposée à la Commune de Lyon, nous nous sommes laissés tenter par le théâtre immersif. Retour […]

Chroniques  /   /  Louis Dufourt

Burger Eyes : les yeux dans la nuit !

Derrière un nom à l’américaine se cache un studio créatif lyonnais, spécialisé dans la production de vidéos. Un ADN culturel et artistique, un regard sur le monde de la nuit et une volonté farouche de marquer les esprits, que l’on retrouve notamment dans les récents teasers des soirées Welcome. Rencontre. Il était une fois quatre […]

Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Le groupe Bagarre nous envoie en Kabylifornie avec son nouveau clip !

Les 5 fous dingues de Bagarre reviennent avec un morceau bien déglingué comme on les aime. « Kabylifornie » arrive pour mélanger électro, rap et violons orientaux pour notre plus grand plaisir. A peine un an après la sortie de « Club 12345 », les cinq bagarreurs reviennent pour mettre un gros uppercut à la musique française. Vous n’êtes […]

lyon stade de gerland
Chroniques  /   /  Vlad Colovray

Autant en emporte Gerland : Ôde au stade mythique de Lyon !

Le Stade de Gerland… N’importe quel lyonnais ayant déjà vu un match de foot ou autre événement aura la larme à l’œil quand il se remémorera ses souvenirs au sein de cet édifice. On a beau tous aimer Mimi Aulas et l’OL, il faut bien avouer que c’est pénible de devoir prendre 3 bus, 7 […]

SUIVEZ-NOUS